Lundi 2 mai 1 02 /05 /Mai 23:41

Rappel: Flav est au USA pour un petit séjour, des vacances pendant lesquels il en profite pour revoir ses amis et la famille de "L". Il fuit en quelques sortes un certain Stephan! Une certaine routine qui ne lui convient pas. Là-bas, il fait la rencontre d'un charmant français dont le prénom est celui du titre de cette quatrième partie.

 

 

 

 

Un baisé furtif sur la joue avant d’attacher ma ceinture de sécurité, nous allons vers chez ses hôtes, on ne se dit quasiment rien du trajet, il me demandera cependant comment s’est terminée la soirée de la veille.

 

-Super tôt! J’ai dormi chez Olga, on a émergé toute la journée du lendemain, quand on a été sur pieds, on est à nouveau sortit. J’aurai voulu que tu sois avec nous.

 

-Vraiment?

 

-Et toi qu’as-tu fais?

 

-Rien d’intéressant ou de palpitant. Je me suis un peu ennuyé, mais volontairement, j’aurai pu accompagné les Smiths, mais je n’avais pas envie de faire des mondanités.

 

-Pour ça ils sont fort tes amis. Dis j’ai pris mon maillot, mais je crains qu’elle ne soit pas fort chaude l’eau.

 

-Ils ont une piscine au sous sol, ne t‘inquiète pas.

 

-Cool.

 

Une fois dans l’eau, enlacés, nous sous sommes abandonnés dans les bras l’un de l’autre, embrassés, caressés. Entre deux langoureux baisés et ses mains qui passaient sans cesse sous mon maillot, j’ai bien compris son manège:

 

-On ne va pas faire ça chez les Smith quand même!

 

-Ils ne sont quand même pas là et moi de mon côté, je ne compte pas en parler et toi?

 

-Ca ne peut que dépendre de toi.

 

-C’est-à-dire?

 

-De tes prouesses en la matière.

 

-Attends voir sal gamin!

 

Comment vous dire! C’était divin, on a viré nos maillots alors que nous étions encore dans l’eau sur le rebord, j’ai mis mes jambes en tenailles autour de sa taille, mes bas autour de son cou, tout en nous embrassant, il est sortit de la piscine, m’a délicatement posé sur le carrelage du pourtour du bassin, qui était trop froid à mon goût, je lui ai donc demandé, d’allé me chercher « une essuie ».

 

-Une quoi?

 

-Un essuie, là-bas sur la banquette, excuse moi!

 

-Han un « essuie de bain ».

 

-Je ne t’ai pas demandé un torchon que je sache?

 

-Ca c’est pour la vaisselle.

 

-Te moque pas de moi pour un féminin mal utilisé, je sais très bien que les torchons c’est pour le sol.

 

-Tu iras voir au dictionnaire quand j’en aurai finis avec toi, pas avant…

 

Des détails, vous voulez? Disons, qu’il n’a pas été cherché l’essuie de bain, que je me suis habitué au froid du carrelage, ou que j’ai fais fis de ce détail glacial, pour me laisser envahir par une onde de chaleur charnelle. Nous avons échangé les rôles, lui actif, moi passif, il faut dire qu’il sait aussi y faire, une expérience évidente à la matière, mais ça a du bon parfois, une montée de plaisir crescendo, des mouvements de bassin maitrisé, des jouissances quasiment synchronisée puisque une fois que j’ai joui de ses assauts, il s’est retiré après quelques derniers va et vient pour projeter sa semence sur mon ventre, la mêlant à la mienne.

 

Une douche plus tard, on part à Georgetown, je tenais à lui faire découvrir une restaurant faisant croire manger à ses clients des mets typiquement français. Une belle aberration que cette enseigne qui sert des chips, ou des salades de fruits à côté de croissant garni de jambon cru en plat consistant. Il a apprécié l’endroit, du moins il en a rit, mais n’a quasiment rien mangé, il s’est rabattu dans une galerie commerçante sur du chocolat belge et une part de pizza. On a fait quelques boutiques, Barnes and Nobles chez qui il a désespérément cherché un bouquin en français, quelques magasins de vêtements, mes préférés, tant qu’à faire! Cher Hollister, je l’ai forcé a acheté un gilet et un t-shirt mi sportwear mi surfer, dans la boutique d’à côté, un polo, qu’il a décidé de garder sur lui comme il faisait bon. Avec ses lunettes de soleil sur le nez, un vrai petit américain que mon français. Parfois alors que nous traversions un passage pour piéton, que dans des groupes de gens, sans le vouloir, nous étions séparés par quelques individus pressé, à chaque fois, il a - je ne sais pas comment décrire ce geste - saisi à pleine main mon bras, pour m’attiré vers lui, à chaque fois nos yeux se croisaient en même temps, et ça voulaient tout dire. Alors qu’aucune parole n’était échangée! Souvent, quand je dois passé d’une langue à l’autre, j’ai besoin d’un temps d’adaptation, comme tout le monde, si je suis dans un pays étranger, je prends l’accent, moi en plus je prends la langue, aussi d’être entouré d’anglophones, et de devoir parlé en français avec mon coup de cœur, c’était très déstabilisant. D’autant qu’à la moindre erreur, il a le chic pour me reprendre, ce qui a le don de m’exaspérer, surtout quand il s’agit de bêtes fautes, qu’en autre temps, je ne ferai pas. Je crois qu’il le fait en plus pour me faire mousser. Pour utiliser cette expression curieuse qu’il emploie souvent. Il me charrie, ce qui devrait être bon signe, pourtant, j’ai peur, c’est moi qui ai été le recherché, moi qui voulait être prudent, ne pas montrer que j’étais acquis à sa cause, dans le genre, on repassera. Que voulez-vous, en plus d’être charmant, c’est un bon amant!

 

J’hésite à vous relater nos escapades, elles n’ont rien de bien excitantes, il s’agit surtout d’un couple faisant du tourisme et retrouvant à l’occasion des connaissances ou des amis pour un repas ou une sortie qui le soir se confie sur l’oreiller. Les jours passent ainsi, paisiblement, souvent ensoleillé, à une vitesse folle. Le jour de son retour pour la France arrive, mais on en parle pas, ni l’un ni l’autre. J’ai envie de dire que de mon côté, je profite, je sais que la France est grande pour les Européens, et que les distances semblent toujours plus conséquente sur le vieux continent pour qui doit les parcourir.

 

C’est lui qui parla le premier du moment de la séparation, la veille de son départ:

 

-Je dois être demain à Dulles pour 13h.

 

-Heure d’embarquement?

 

-Non.

 

-Je t‘accompagnerai.

 

-Tu n’es pas obligé, si tu veux profiter de tes derniers jours ici, je comprendrais.

 

-Non, j’irai avec toi.

 

-Tu vas me manquer durant ces quelques jours, je suppose que c’est moi qui devrait venir te voir dans ton village en premier.

 

-Tu supposes bien.

 

-Il ne faudra pas que tu oublies de me donner, ton adresse. Tu as déjà des engagements à ton retour?

 

Moment de battements!

 

-Je sais facilement me libérer du chantier, ne tourne t’il pas sans moi en ce moment d’ailleurs.

 

-Tu as l’air triste!

 

-Quoi qu’il arrive de l’autre côté de l’océan, demain sera la fin de quelque chose…

 

-Moi je préfère parler d’un début et puis la Belgique ce n’est pas le bout du monde non plus.

 

-C’est sur ça!

 

Et le jour J est arrivé, enregistrement des bagages, file pour les contrôles de sécurités, je l’ai suivi tant que j’ai pu le long de la barrière de la file, puis je l’ai suivi des yeux avant qu’il ne passe un dernier portique de sécurité.

 

J’ai rejoins Kate qui m’attendait dans une cafétéria de l‘aéroport, j’ai passé une journée comme les autre à la plantation, la nuit venue, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil avant le petit matin, jusqu’à ce que je prenne en boule dans mes bras un oreiller. Cessant de penser à lui, à Stephan aussi, à ce que je comptais faire. Ma résolution, mettre fin à ma relation avec Stephan, nouvelles de Benoît ou pas.

 

Mon séjour s’est poursuivit dans l’allégresse, quelques sorties avec mon amie Olga, quelques visites et resto en famille. Petite anecdote en passant: en allant voir Teri dans sa maison de repos, (la gouvernante de la plantation de L atteinte de la maladie d’Alzheimer) j’ai croisé Darren qui lui rendait aussi visite, normal puisqu’il est son neveu. En me voyant Teri me dit qu’elle m’avait préparé de la citronnade en m’attendant, elle me demanda aussi, si je la trouvais suffisamment sucrée. Comme je ne savais pas quoi répondre sur le coup, un peu déstabilisé, Darren répondit à ma place. Elle partit alors dans d’autres souvenirs trop lointains pour nous deux, nous l’avons laissée seule avec ses souvenirs, avant de nous quittés, nous avons été boire un soda devant un distributeur du bâtiment.

 

-Je ne savais pas que tu étais revenu.

 

-Une brève escapade, comment vas-tu? Toujours aussi… costaud!

 

-Tu as un peu changé, mais j t’aurai reconnu entre milles.

 

-Comme le dit si souvent ma mère, « on ne peut pas être et avoir été »!

 

-Je ne disais pas ça dans ce sens là!

 

-T’inquiète!

 

-Ben je vais bien, je bosse dans les beaux quartiers grâce à toi.

 

-Quand on a du talent, c’est normal.

 

-On a eu de beaux moments tout de même?

 

-C’est certain!

 

-Je suis avec quelqu’un depuis un moment déjà.

 

-Je suis content pour toi. Vraiment.

 

-Il s’appelle Gerry.

 

-Moi, c’est compliqué en ce moment.

 

-Tu es et resteras toujours une énigme.

 

-Ne dit pas ça.

 

-C’est-ce que tu es pour moi, admets que tu as l’art de compliqué les choses!

 

-Et toi de tout simplifier.

 

-J’admets que pour moi la vie, plus elle est simple plus elle est belle. Faut pas tout compliquer.

 

-C’est de loin, un des meilleurs conseils qui m’ai été donné. Tu as raison, j’ai l’art de compliqué les choses.

 

-Mais tu peux la rendre belle la vie quand tu le veux…

 

-Je ne me souvenais plus combien quand tu t’y mets…

 

-J’essais de ne parler que quand ça en vaut la peine! Faut que j’y aille, Gerry m’attends.

 

-J’ai été content de te voir. Remet mon bonjour à Gerry.

 

-Non, je vais nous épargner ça, à un de ses quatre Flav.

 

-Salut!

 

Je mourrais d’envie de lui demander pourquoi? Mais à quoi bon, quand on sait au fond pourquoi!

 

 

 

Retour sur les terres familiales, à Bruxelles, Alyne m’attends, elle qui ne me croyait pas quand je lui disais au téléphone que je revenais à la date convenue n’en revient pas. Elle m’assaille de questions, dans son salon favoris, je lui raconte tout, mes joies là-bas sur place, les amis retrouvés comme si c’était hier et ce normand qui fait battre mon cœur!

 

-Mais et Stephan!

 

-Je sais, je ne me l’explique pas. Tu sais avec Benoît, ce n’est pas pareil, j’ignore si j’aurai de ses nouvelles, mais en lui, j’ai découvert un idéal que je ne soupçonnais même pas.

 

-Mais tu l’a rencontré exactement quand?

 

-Quasiment dés le début de mon séjour.

 

-Lui voulait prendre le temps pour qu’on se découvre.

 

-Moi je bouillais intérieurement et ne voulait qu’une chose…

 

-Bon, je suis tout de même ta mère. Mais je comprends. Je ne cautionne pas ta conduite pour autant.

 

-N’ayez crainte, je culpabilise assez. Mais lui dés que je l’entendais au bout du fil, je n’avais qu’une envie raccrocher!

 

-Lui n’y peu rien, si sa voix ne te plait plus autant.

 

-Oh je sais…

 

-Non! Tu ne sais pas. Ce que je sais, c’est que ton Benoît a pensé à toi déjà. Que Stephan aussi!

 

-C’est-à-dire?

 

-Tu as dans la serre une dizaine d’orchidées qui t’attendent. Je n’ai pas ouvert les billets fixer sur les caches pots, même si j’en avais fort envie. Stephan a demandé lui que tu l’appelles à ton retour.

 

-Il a téléphoné ici?

 

-Oui plusieurs fois! Bon tu vas ouvrir ses enveloppes? Je pensais qu’il s’agissait d’une attention de Stephan, maintenant je suis certaine que non.

 

« On avait dit pas de roses, ça fait trop déjà vu, que penses-tu de cette orchidée rose? Et dans son pot, donc moins périssable. »

« Rouge, je veux… que tu reviennes! »

 

« Jaune, jeune amour »

 

« Vert, j’espère! »

 

« Blanc, comme neige, je manque d’idée pour celle-ci. Je t’imagine à ton retour la contemplant, et je fonds! »

 

« Cinq jours déjà qui nous séparent, j’ai hâte que tu reviennes »

 

« Une variété torturée (qui a dit que les orchidées c‘étaient toujours beau?), car mes proches se demandent quel mal me ronge, viendras-tu me guérir? »

 

« Es-tu prêt à ce que nous partagions nos rêves? »

 

« Viendrais-tu découvrir mon antre »

 

« Ok? »

 

-Alors c’est ok?

 

-Je crois que j’ai un truc ou deux à faire avant.

 

-Je pense aussi, petit un, matériellement sur le chantier, il y a un quelques soucis, ils t’ont notamment mis une porte en pvc imitation bois sur la façade du bâtiment. Deux, il n’y a que toi qui sait!

 

Je me suis replongé avec joie dans le chantier, qui n’en est quasiment plus un, pour l’été tout sera en théorie opérationnelle. Aussi, je n’ai pas répondu aux appels de Stephan, et quand je voulais le faire, il y avait toujours une bonne excuse pour ne pas le faire. Je sais c’est un peu lâche. Au bout de je ne sais combien d’appels manqués, ce qui commençaient à m’agacer, moi et ma messagerie, j’ai décroché. Il m’a demandé de le rejoindre à son restaurant, m’a demandé pourquoi je n’ai pas donné de nouvelles plus tôt aussi, j’ai prétexté trop de travail. Il m’a dit qu’il était impatient de me voir, je n’ai rien répondu à ça, juste que j’arriverais en fonction de l’h du train que je prendrais, et je que je ne savais pas encore lequel j’allais prendre. Ce qui était vrai, mais en raccrochant, je me suis dis que j’irai bien me balader un peu à Bruxelles. Je suis arrivé pendant le coup de feu en cuisine, aussi, je me suis fais le plus petit possible dans son bureau, j’ai surfer sur la toile, envoyé quelques mails aux USA… Dés qu’il a su que j’étais là, il est venu m’embrasser à pleine bouche. Je n’ai pas répondu à son baisé, il n’y a même pas prêté attention. Je me suis montré distant, je voulais préparer le terrain, je devais bien le lui dire, mais lui ne me laissais pas parlé. Je crois qu’il redoutait ce que je voulais dire, il faisait plein de projets, je ne l’écoutais même plus. Quand il a eu finit de parlé, alors que ma tête était lourde et vide à la fois, quand j’ai commencé à dire ce que j’avais sur le cœur, je n’ai plus su m’arrêté.

 

-Tu penses franchement que je vais te sauter dans les bras? Chacun de tes appels, on aurait dit que tu cherchais à me gâcher mes vacances. Tu n’as fais que te plaindre, être jaloux quand il n’y avait aucune raison de l’être. Tu ne savais pas m’appelé sans que ça finisse en eau de boudin, et tu crois franchement que je vais comme ça me remettre avec toi comme si de rien n’était? Mais tu t’es trompé d’adresse mon grand! J’ai beau être chrétien, je ne tends pas l’autre joue! Même pas une excuse en plus, rien, que dalle, un baisé et il croit que c’est gagné l’autre! J’ai bien eu quelques occupations depuis mon retour, mais si j’en avais eu envie, j’aurai pu venir bien plus tôt. D’ailleurs si tu avais réellement envie de me voir, pourquoi n’es-tu pas venu à Zaventem?

 

-Je n’étais pas certain que tu veuilles me voir.

 

-Pour une fois, tu avais vu juste!

 

-Si on se donnait un peu de temps?

 

-Tu sais pour moi, navré, mais la décision est prise.

 

-Laisse moi me faire pardonner au moins.

 

-Mais il n’y a rien à pardonner, le mal est fait, des deux côtés, j’ai rencontré quelqu’un.

 

-Ha! Et c’est sérieux?

 

-Je ne sais pas.

 

-La distance joue pour moi, accepte de me revoir dans les jours qui viennent, s’il te plait.

 

-A quoi bon, tu es sourd? Il n’y a pas de distance qui tienne en amour.

 

Il s’est jeter sur moi pour m’embrasser, assez sauvagement, s‘est emparé de mes lèvres, surpris par sa force et sa fouge, j‘ai entre ouvert les lèvres et ai donc un peu plus que subit son baisé.

 

-Alors, il t’a jamais embrassé comme ça lui?

 

-Il n’a jamais du me forcer.

 

Et vlan une baffe, bon je l’avais sans doute un peu chercher, mais deux secondes plus tard, c’est moi qui lui en met une. Il reste interdit, je prends ma veste, et me prépare à sortir. Il me rattrape par le bras, le sert fort, je sens ses doigts qui comprime ma chair, il me dit de ne pas partir, se saisit de mes poignets. Là j’explose, je lui hurle de me lâcher, de mauvais souvenirs reviennent à mon esprit, pour me faire taire sans doute, il m’embrasse encore, une fois de trop, cette fois, je quitte la pièce, bien que je lui ai rendu son dernier baisé, et laissé ses mains vagabonder sur mes fesses. Je sais, je suis nul. Rentré chez moi, après une bonne nuit de sommeil, je me suis replongé dans de l’administratif, j’ai écris ce qui me passait par la tête, des souvenirs récents, ou des pensées… J’ai voulu écrire une lettre à Benoît, j’ai essayé d’en écrire plusieurs, mais en vain. Stephan voulait qu’on se voit, si je prenais ses appels, je refusais ses invitations, aussi est-il venu me voir sur place. Je l’ai vu arrivé de la fenêtre de mon bureau, comme je n’avais pas envie qu’il reste, je suis sortis à sa rencontre dans la cours intérieure de la ferme.

Par flav1982.over-blog.com - Publié dans : Benoît - Communauté : Roman gay Rose
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Calendrier

Mars 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés